« Silence »

Aux côtés de la photographe Ayako Takaïshi, la galerie Eidolon m’invite à présenter des œuvres réalisées entre 2001 et 2019.

Vernissage mardi 14 janvier
à partir de 19h

Ayako Takaïshi & Jérôme Mitonneau

Photographies & Craies

du 13 au 18 janvier 2020

Entrée libre de 10h à 13h et de 14h à 19h

Paris – 32 rue de Varenne – 75007

Feu, fusain sur papier,2019, 25,5x17,5 cm.JPG

Fusain sur papier, Jérôme Mitonneau, 2019, 25,5x 17,5cm

photo TA.jpg

Photographie, Ayako Takaïshi

Exposition « le bruit du monde »

Du jeudi 5 au samedi 14 avril 2018

Vernissage jeudi 5 avril de 18 h 30 à 21 h 30

invitation expo JM 2018

Ouverture tous les jours de 14 h à 19 h

Présence de l’artiste : dimanche 8 avril de 14 h à 18 h

et les samedis 7 et 14 avril de 15 h à 19 h

Galerie Médiart, 109 rue Quincampoix, 75003 Paris

M°Etienne Marcel – Rambuteau – RER Châtelet Les Halles – Parking Beaubourg

Jérôme Mitonneau est né en 1968 à Angers, il vit et travaille à Paris.
Après une maîtrise de sociologie où il a soutenu un mémoire sur la représentation de l’homme chez les artistes de la seconde moitié du xx ème siècle, il exerce différentes activités avant de devenir libraire à Paris à la fin des années 90.

Il étudie la peinture en autodidacte. Il commence à exposer à partir de 1989 et expose régulièrement à la galerie Médiart depuis 2005.

« Le Bruit du Monde

Le Monde bruisse de mille chants et de silence aussi.

Cela peut donner envie de s’arrêter et de l’écouter,

de l’entendre craquer, grincer, bouger et jouer de la flûte.

Au creux de la terre, un puissant océan de mercure ondule.

Autour de la terre, d’étranges astéroïdes chargés de la plus

ancienne mémoire glissent dans l’espace.

Sur terre, ça se déplace dans tous les sens, au son des cors

ou du vent.

Dans les grottes, une vie s’exprime. Depuis certaines cachettes

on peut observer la grande animation des êtres, des éléments

et, dans ce refuge, on peut alors se laisser bercer par le bruit du

Monde, en se souvenant des choses vécues depuis le lointain.

Des choses dont même l’os crânien se souvient. »

Jérôme Mitonneau. Mars 2018.

 

 

 

Être(s) au jardin

Après les « jardins extraordinaires », en novembre à Montfort-l’Amaury (galerie l’Atelier), Jérôme Mitonneau et Thaddée poursuivent leur exploration de l’univers des jardins, des êtres ailés qui les habitent et des lumières du crépuscule.

A voir à la galerie Médiart, une sélection de craies et de collages de ces deux artistes, nés respectivement en 1968 et 1976.

Ils vous attendent jeudi 16 février de 18h à 21h30 pour le vernissage.

Galerie Médiart, 109 rue Quincampoix, 75003 Paris

Ouvert tous les jours – sauf le dimanche 19 février – de 14h à 19h

Thaddée sera présente à la galerie de 14h à 19h les samedis, les lundis et le dimanche 26 de 14h à 18h et Jérôme Mitonneau samedi 18 et dimanche 26 février de 15h à 18h.

etres-au-jardin

Grèves

« La mer fascinera toujours ceux chez qui le dégout de la vie et l’attrait du mystère ont devancé les premiers chagrins, comme un pressentiment de l’insuffisance de la réalité à les satisfaire.

Jérôme Mitonneau, craie

Jérôme Mitonneau, craie

« Ceux-là qui ont besoin de repos avant d’avoir éprouvé aucune fatigue, la mer les consolera, les exaltera vaguement. Elle ne porte pas comme la terre les traces des travaux des hommes et de la vie humaine.

Jérôme Mitonneau, craie

Jérôme Mitonneau, craie

« Rien n’y demeure, rien n’y passe qu’en fuyant, et des barques qui la traversent, combien le sillage est vite évanoui ! De là cette grande pureté de la mer que n’ont pas les choses terrestres.

Jérôme Mitonneau, craie

Jérôme Mitonneau, craie

« Et cette eau vierge est bien plus délicate que la terre endurcie qu’il faut une pioche pour entamer. Le pas d’un enfant sur l’eau y creuse un sillon profond avec un bruit clair, et les nuances unies de l’eau en sont un moment brisées; puis tout vestige s’efface, et la mer est redevenue calme comme aux premiers jours du monde.

Jérôme Mitonneau, craie, 16,7x19,5cm

Jérôme Mitonneau, craie,
16,7×19,5cm

« Celui qui est las des chemins de la terre ou qui devine, avant de les avoir tentés, combien ils sont âpres et vulgaires, sera séduit par les pâles routes de la mer, plus dangereuses et plus douces, plus incertaines et désertes.

Jérôme Mitonneau, Craie, 19,7x24,8cm, 2015

Jérôme Mitonneau, Craie,
19,7×24,8cm, 2015

« Tout y est plus mystérieux, jusqu’à ces grandes ombres qui flottent parfois paisiblement sur les champs nus de la mer, sans maison et sans ombrages, et qu’y étendent les nuages, ces hameaux célestes, ces vagues ramures. »

Marcel Proust, Etudes, 1° La Mer, septembre 1892

Jérôme Mitonneau exposera du 12 au 26 novembre à l’Atelier, 5 bis rue de Versailles à Montfort l’Amaury au côté de Thaddée (collages), Denise Pelletier (gravures) et Laurent Roy (poèmes) autour des « Jardins Extraordinaires »